27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 10:02

026-copie-1

Les puristes, les ayatollahs de la galette avisant le four électrique, massif, immanquable, quitteront sur le champ cette adresse de poche toute en longueur sans même chercher à se faire draguer par la carte longue et alléchante. Les sceptiques hésiteront un bon moment avant de concéder qu'il serait regrettable de perdre le profit de cette matinée employée à batailler pour reverser péniblement 2 couverts. Les curieux, les enthousiastes ne demanderont pas leur reste et fonceront tête baissée, estimant qu'on a pas tous les jours la chance de faire un sort à une pizza vice championne du monde.
Étonnant mais vrai. En avril 2009, après trois participations infructueuses aux championnats du monde de Salsomaggiore (province de Parme), coup de tonnerre dans le petit monde doux dingue de la pizza: la paire Arlette Cadot/Gino Jaskula Toniolo (formé à la prestigieuse Scuola italiana di pizzaioli de Caorle et squattant déjà l'air de rien le top 50 des pizzaiolos mondiaux), réussissent le casse du siècle, au grand dam des italiens.
La pizza distinguée (cuite lors de la manifestation au feu de bois, détail qui a son importance), provocante, courageusement casse gueule et chaudement vêtue pour l'hiver est une manière d'entrer de plain pied dans l'univers gentiment foutraque, résolument fourre tout d'Il campionissimo, ou l'on trouve à la fois à boire et à manger.
Cela donnait donc un fond de chutney de figue, de fines tranches de poires fraiches, de la mozzarella sur une pâte d'une maturation de 2 à 4 jours, une cuisson au four suivie de la mise en place d'un lit de roquette, de touches de foie gras pané à la noix puis poêlé mais encore une chiffonnade de jambon de parme, le tout se refermant sur de larges copeaux de parmigiano reggiano. Cela porte un nom: l'Arlecchino. Et même un prix: 26 euros. Dans le genre, Pizza Chic a encore à apprendre, au point qu'Il campionissimo la ferait presque passer pour les restos du cœur.
Vous avez compris: avec des pizzas customisées qui semblent venues d'une autre planète et dont les tarifs se baladent sans complexe dans les 20, 30 euros, le moins qu'on puisse dire c'est qu'Il campionissimo n'y va avec le dos de la louche, celui-ci s'offrant même le luxe de concéder la Tarantella (saint Jacques, oeufs de truites) à 33 euros.
Il ne serait pas honnête d'insister sur ce brigandage de grand chemin, cette attitude un peu voyoute qui s'applique en réalité seulement à une poignée de pizzas ébouriffantes, quand la totalité des 70 pizzas suivantes, toutes classées par thèmes (les raffinées, les robustes, les exotiques, les océanes...) - s'échelonne entre 8 et 16 euros.

camp 1
A la réflexion, pizza de parvenu ou de mou du porte monnaie, la qualité des ingrédients et celle de la pâte doivent être sensiblement les mêmes. Seulement, si on se flatte d'employer par exemple de la pulpe de tomate avec une pointe de basilic, jamais de gruyère mais de la mozzarella fleur de lait et ainsi de suite, l'énorme faiblesse d' Il campionissimo, pour ne pas dire la faille qui tue, le détail impardonnable qui en Italie serait synonyme de potence, est bien cette pâte soit disant élaborée à base de farine d'Italie et d'eau minérale, pétrie d'une certaine manière pour éviter l'effet caoutchouc (très, très discutable) mais catastrophique, calamiteuse parce qu'ultra compacte, absolument pas aérée, éprouvante à couper, difficilement mastiquable, en plus d'être fade, de n'avoir aucun goût et aucune identité qui lui soit propre. L'indéniable fraicheur des légumes aurait pu sauver du naufrage complet ma Gino (22 euros), seulement l'accumulation d'ingrédients incapables d'exprimer leur saveur, impuissants de communiquer entre eux, de se répondre cadenasse la pizza, la condamne au silence.
Muette, la Spécial (16 euros) l'est tout autant. Si cette dernière est moins chargée (ce qui révèle d'autant plus l'état lamentable de la pâte), son fromage industriel (mozzarella à fleur de lait, tu parles) la plaque au sol et lui donne cet aspect – quand bien même elle sort tout juste du four - gommeux, rigide et sans relief que prennent les tranches de pizzas en fin de soirée bien arrosée, lorsqu'elles s'ennuient au fond de leur boite éventrée.

camp-2.JPG
On pense immédiatement limiter les dégâts en relevant la fadeur de cette chose au moyen d'un filet d'huile piquante, seulement voilà qu'on nous explique avec un ton plein de suffisance que celle-ci n'a pas chapitre dans cette maison parce qu'elle dénature la pizza. Entendons: nous sommes des Charlot qui n'entendons rien aux bonnes choses. La bonne blague. Comme on dit, c'est l'hôpital qui se moque de la charité. Rajoutez à cela le vacarme assourdissant qui vous ronge les neurones, les deux fours qui vous chauffent les cotes et vous aurez tôt fait de ne plus remettre les pieds dans cette taule. C'est en tout cas bien mon intention.


Il campionissimo
98 rue Fbg Montmartre
01 42 36 40 28
ilcampionissimo.fr

Partager cet article

Published by Foodinandout - dans Cuisine Italienne
commenter cet article

commentaires

grig75 17/08/2010


je confirme, pour l'essentiel.
Ce resto m'avait été recommandé, j'y suis donc allé voir. Je n'ai pas du tout aimé la pâte, très difficile à couper, et trop cuite. Ce fut donc une vraie séance de sport de la découper et de la
mastiquer... Je n'en ai retiré aucun plaisir.
De plus, on est amassé les uns à côté des autres pour rentabiliser l'espace. On profite donc (bien involontairement) de la discussion des voisins et on se cogne les coudes allègrement.
Du coup, je n'ai testé ni les desserts ni le café.
Ciao.


droit de réponse Il Campionissimo 18/11/2010


Monsieur

que vous ayez pas les memes references en matière de piaaz que moi je le comprends parfaitement
votre billet contrairement à d'autre n'est pas signé et ne donne pas le droit à la contradiction tout juste à un commentaire qui est masqué mais as en étroite corrélation avec ce billet pour que le
lecteur puisse ce faire une opinion objective.
vous devellopez avec une volonté toute négative qui vous caractérise à vouloir trnsmettre au lectuer un message de mépris et d'incompétence à notre encontre pour vosu permettre ce genre d'analyse
on est en droit d'en connaitre un peu plus sur vous
qu'ell est votre connaissance en matière de pizza
quel est votre cursus en cuisine
quelle est votre connaissance PANAIRE
avez vous participez à une quelconque manifestation qui vous donnerait une certaine légitimité (nationale internationale).
etes vous reconnu par des paires
si vous aviez un peut de tout ça je pense que votre billet seez tout autre dans l'univers dans lequel je suis on me respecte par mes compétences que je viens de vous énoncer
nous ne sommes pas des parvenus nous avons beaucoup travaillé our en arriver là ou nous en sommes et nous continuons à travailler pour améliorer encore et encore.
nous fonctionnons en réseau avec les plus grands de ce monde pour essayer de trouver le graal le produit parfait c'est une dimension qui vous echappe parceque vous nous ne connaissez pas
ce billet est diffamant
je vous site
1/rajoutez à cela la mine en permanence déconfite de la patronne : vous vous attaquez à la personne qui n'est juste que ma femme

2/ la pizza distinguée (cuite lors de la manifestation au feu de bois, détail qui a son importance) provocante courageusement casse gueule et chaudement vetue pour l'hiver est une manière d'entrer
de plein pied dans l'univers gentiment foutraque résolument fourre tout d'il campionissiimo ou l'on trouve à la fois à boire et à manger

quand je relis le dernier paragrpahe de votre mail vous parlez de lacheté et d'humilité je vous invite à en faire la preuve pour vous et de mettre ce billet derrière le votre sur votre blog sachez
aussi qu'un blog ne vous autorise pas tout et que les gens qui sont concernés ont leur mot à dire.
je vous invite si le coeur vous en dit à passer une journée avec nous pour vous parler de notre métier.
GINO


Julien 19/07/2011


J'y ai été manger hier, rien à dire, c'était magnifique. Un des tres rares bons restaus du quartier rempli de places à touristes. La pâte à pizza (et cette dernière) y était très bonne, l'accueil
efficace, dispo et chaleureux, les desserts et le café très bons également.

Concernant l'article critique, je trouve effectivement qu'il n'apporte pas grand chose au monde de la critique, à part un avis subjectif parmi d'autres. Cette virulence est non honnête (vous
décrivez l'état du restau, mais quel est le votre ? Il ne sert à rien de lire un avis, si on ne sait qui le donne. Je me passe aisément de l'opinion de gourmet d'une majorité qui apprécie ces
restaus bobo où le confort et le décor comptent plus que le contenu de l'assiette)


Julie 07/09/2011


Il faut toujours des râleurs et des mécontents. Il faut toujours des gens qui, sous prétexte qu'ils sont publiés, se permettent de descendre le travail des autres, par pur plaisir de la critique
facile.
Moi j'aime aller manger chez Il Campionissimo. Et même si c'est vrai que le resto est un peu petit (mais n'est-ce pas le cas de beaucoup de resto et bistrots parisiens?) j'ai toujours pris un grand
plaisir à savourer leurs pizzas. En plus il y en a pour tous les prix et tous les goûts. Et tout le personnel y est très sympathique.
Mais il est vrai que si ce monsieur critique est aussi sympa en vrai qu'en plume, on n'a peut-être pas envie de le gratifier d'un sourire.


Thierry 27/11/2011

Je pense pour ma part qu'il ne faut absolument pas attribuer la quelconque importance à ce genre de critique émanant d'individus frustrés dont la masturbation intellectuelle est le seul moteur
d'une vie visiblement morne et ennuyeuse...
L'auteur de ce billet en forme de torchon dont la "culture" culinaire et gastronomique ne dépasse pas le niveau Masterchef (s'il est possible de parler de niveau...) respire le ridicule à plein nez
et étale simplement ses méconnaissance, bêtise, frustration, médiocrité, etc...
Rions-en, cela vaut un bon steak (ou une pizza carpaccio, que je trouve géniale), et permettra aux gens comme nous, "qui savent" et qui essaient de "critiquer juste" de trouver la juste utilité de
ce pâté de mots !
Pour ma part, je ne mettrai jamais 33 euros dans une pizza, mais toutes celles que j'ai pu goûter m'ont laissé un excellent souvenir, ma préférée restant la Campionissimo, la Carpaccio la
talonnant.

  • : Food'up ! Food'down !
  •  Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog