19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 21:04

Gal 1

C'est une longue histoire, le boza, cette boisson hivernale à base d'eau, de sucre et de boulgour fermenté, épaisse et sucrée, saupoudrée ou non de cannelle, dont il se dit qu'elle serait la plus ancienne de Turquie. Les nomades d'Asie centrale du IV ème siècle ne consommaient-ils pas déjà cette boisson censée faciliter la digestion, apporter aux hommes force et virilité et favoriser la lactation des femmes enceintes ?

Gal 2

On raconte même que le boza était employé dans les traitements du choléra. C'est dire si cette boisson terriblement vivante contenant toutes sortes de vitamines et dont la durée de vie n'est que de 4-5 jours ne manque pas de vertus.

Gal 5

Des adresses où siroter le boza qu'on dégustera tout aussi bien à la petite cuillère, le quartier de Sultanahmet en compte de nombreuses, sans compter les marchands ambulants qui s’époumonent et font sursauter tout le quartier, mais il est une seule où je ne me lasse pas de me rendre. C'est à égale distance de la délicate mosquée de Sehzade Mehmet que Soliman le Magnifique à la mémoire de son fils emporté par la variole à 22 ans et de la mosquée de Soliman.

Gal 3

On trouve dans un petite rue une belle bâtisse à l'intérieur de laquelle est vendue toute l'année le boza et ce depuis la fin du 19ème siècle.

Gal 4

Rien de tel qu'un authentique café défraîchi, une petite table et une banquette confortable pour apprécier en bordure de la fenêtre cette boisson qui ne se boit sûrement pas d'un trait tant elle est amère mais se déguste à petites gorgées, en prenant son temps, attentif aux scènes de rue qui ne manquent pas dans ce coin de la ville, comme cet homme d'affaire se garant devant l'entrée, baissant la vitre de sa voiture et sans un mot coulant un regard à l'intérieur qui a pour effet qu'on lui apporte sur le champ un verre de boza, pratique familière de la maison.

Gal 6

Un délice en appelant un autre, on serait bien tenté de redescendre la colline en coupant par le Grand Bazar et de traverser le pont de Galata pour gagner via le tramway souterrain (en quelques sortes le métro) les hauteurs de Beyoglu où se cache à l'ombre de la bouillonnante et insatiable (voir exaspérante) avenue Istikla, une rôtisserie dont le grill en cuivre ouvragé de grande dimension autour duquel le gourmet s’installer vaut à lui seul le détour.

Gal 7

Gal 8

Le temps que les brochettes de foie d'agneau travaillent, on se délecte par exemple d'une purée d'aubergines et d'un gros oignon entier grillé à la braise - lequel, oh délice, a par endroits quasiment fondu - qu'un vinaigre de grenade et une poudre de piments viennent rehausser. Simplement divin.

(Gal 9)

Gal 10

Les brochettes servies très généreusement à rouler dans une fine galette avec une salade mélangée, du poivron et de la tomate, parachèvent ce repas d'une simplicité désarmante. C'est excellent, c'est copieux et c'est une fois encore relativement donné (15 € au total). Autant de carburant pour se lancer dans nouvelles flanneries à travers la ville.

(Gal 11)

 

Vefa Bozacisi

Katip çelebi Cad. N.104/1

Quartier de Vefa

www.vefa.com.tr

 

Zubeyir Ocakbasi restaurant

Istiklal Caddesi Bekar Sokak

www.zubeyirocakbasi.com

 

Partager cet article

Published by Foodinandout - dans Turquie
commenter cet article

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  •  Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog